Tant que mon coeur bat

coeur

 

La littérature : ce qui dit l’humaine condition, ce qui exploite les ressources de la langue pour amplifier les effets sur le destinataire, une profération nécessaire et exigeante. Aucun doute sur la qualité littéraire de ces 2 textes.

Elle, une marionnette et Grandir Maintenant, 95 pages de haute-voltige, de haut-vertige. Deux récits intimes qui expérimentent l’amour, les amours adolescentes. D’une justesse fulgurante proportionnelle à la douleur convoquée, impulsive, intense. Sens dessus-dessous, sans demi-mesure, les mots de Godard
« totalement, tendrement, tragiquement » qui viennent cogner aux tempes. On retient son souffle, on ne retient pas les larmes.

Des phrases courtes qui subliment les silences. Le point final comme un destin suspendu. Sublime. Et le titre prend tout son sens. Irrésistiblement.

Coup de  absolu de cette rentrée littéraire. La prochaine fois qu’on me demande pourquoi j’aime la littérature dite jeunesse, je ne répondrai pas, je tendrai Tant que mon coeur bat de Madeline Roth,Thierry Magnier Éditions.
Merci pour tout ça.

Cette entrée a été publiée dans Ados, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 + 8 =