D’une seule voix

En bonne facebookineuse que je suis, j’ai suivi le précieux conseil d’une auteure jeunesse, Cécile Roumiguière. Hop un tour chez mon libraire, et me voilà avec le récit de Thomas Scotto, Ma Tempête de neige, chez Actes Sud Junior, paru en février 2014. Collection créée  par Jeanne Benameur et Claire David, ce sont des textes courts, à lire d’une traite, et à relire pour soi et le monde.

Lui, le narrateur, c’est Zacharie, 19 ans. Elle, son amoureuse, c’est Katell, 24 ans. Il s’adresse à cet(te) inconnu(e) tant attendu(e), tant désiré(e), déjà aimé(e). Des questions, des doutes un peu, des larmes d’émotion, de l’excitation, de l’euphorie, et de l’impatience, beaucoup. On suit le fil de ses pensées, on le vit avec lui, on y est aussi. Annonce à l’entourage, souvenirs d’enfance et projection fantasmée. Rituels nocturnes à 4 mains, références à Brautigan qui donne son charme au titre enneigé. C’est l’histoire d’un désir fort : on ne naît pas père, on le devient.

Quelle claque ! Je l’ai lu et relu. C’est beau et bouleversant d’assister à ce flot poétique qui déborde du coeur d’un jeune homme. Une déclaration d’amour comme un cri puissant et sincère. Mettre des mots sur cet à-venir si présent avec autant de finesse et de pudeur, ça m’émeut. On assiste sourire aux lèvres, coeur battant et larme à l’oeil, à la naissance d’un homme. Le genre de récit qu’on relira comme un trésor, et qu’on offrira comme un cadeau précieux. Merci Monsieur Scotto.

Du coup, j’ai eu très envie de découvrir un autre récit de la même collection. J’ai choisi Pas Couché de Cathy Ytak, paru aussi en février 2014.

Elle, c’est Manon. Jeune fille un peu particulière qui a un ami particulier. Lui, son ami, c’est Timothée. Entre eux, un lien fort tissé autour d’une passion commune sous forme de notes, de paroles, une platine et des vinyles. Pas de coucherie entre eux, juré, craché, promis. Pourtant le monde autour lui soutient que c’est impossible ! L’amitié fille-garçon sans larme ni embrouille n’existe pas. Et si Timothée disparaissait ? Cette question absolue met le doute dans l’esprit de Manon jusqu’au soir où…

Autre registre, mais toujours cette narration fluide, aérienne, intense ! Un sujet qui m’intéresse, une passion qui me parle, et un lien que je connais. Une complicité au fil du temps, des rituels, ce point où l’on n’a plus besoin de se dire les choses parce qu’on se connaît vraiment. Loin des clichés, l’auteure n’évince pas la question du désir : entre le déni, les évitements et l’évidence. Très beau texte aussi. Et une envie de lire à voix haute.

J’ai donc un gros COUP DE COEUR pour cette collection qui porte à merveille son nom. Beaucoup d’émotions, impossibilité d’arrêter la lecture, envie de les relire et de découvrir tous les autres !

 

Cette entrée a été publiée dans Ados, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à D’une seule voix

  1. Ping : Coups de coeur d’Avril ! |

  2. Ping : D’une seule voix | L'école de la l...

  3. pépita dit :

    exactement ce que j’ai ressenti pour « ma tempête de neige ». je le laisse reposer pour l’instant, je vais le relire, trop de mots qui me viennent et du mal à les ranger…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 4 =