Les espaces et les sentiments

Des espaces. Comme la prairie qu’on croit plus verte chez le voisin, comme cette forêt si sombre et si dense qu’on pourrait bien s’y perdre et y croiser le loup, comme l’immensité de l’air qu’on ignore et qui peut tout souffler sur son passage. Des espaces comme des décors et des (é)toiles de fond. Et puis des sentiments. Invoqués, convoqués, suggérés, sublimés, fantasmés, prononcés, illustrés.

Caravane d’Ingrid Chabbert, illustré par Soufie, éditions Limonade, 2013.

Léonie vit dans une maison qui roule au gré du travail de ses parents. Les écoles, les copains, les villes filent et défilent. Elle rêve pourtant de se poser « là où les gens ne se moquent pas ». Des champs vides, des doigts qui pointent, pas d’attache. Jusqu’au jour où main dans la main, ils s’installent dans un pré-bonheur qui sent bon la campagne. Léonie réalise alors que le bonheur la suit partout où ils vont, dans cette caravane pleine d’amour.

Les illustrations de Soufie portent cette histoire : rondes, douces, légères. Pour mieux atténuer le coeur lourd de trop de départs et de changements. Un album tout carré, fin et coloré. Une invitation au voyage, des mots justes et tendres qui questionnent l’essentiel : peu importe où la vie nous mène si l’on est avec ceux qu’on aime. Céline s’est laissée porter.

Loup Noir d’Antoine Guilloppé, Casterman, collection les albums, 2014.

Une forêt vêtue de neige et de nuit, des pas d’enfant, une présence sauvage qui guette, un silence pesant. Une fuite qui s’accélère, une tension palpable, des frissons dans l’obscurité…jusqu’à la chute.

Une réédition de cet album incontournable et intemporel : sublime. Qualité incontestable de l’objet-livre, bichromie suggestive où tout est dit sans un mot, pouvoir de l’imaginaire, tension et frissons garantis. Magie des contrastes comme la patte de l’auteur-illustrateur, entre attraction-fascination et rejet-peur du loup qui fonctionne à tous les coups…coup de griffe, coup de grisou, coup de coeur !

Un Courant d’air de Juliette Binet, Rouergue, 2012.

Deux personnages dos à dos, un cri silencieux porté par le souffle d’une note qui deviendra un coup de vent-cerf-volant, une jupe qui tourbillonne, une tempête dans les arbres, un océan déchaîné. Un cri qui dit qu’il faut se parler quitte à faire le tour de la Terre, à l’image de ce livre-accordéon qui fait le tour de lui-même. Un message d’amour à l’encre : timide et puissant, poétique et panoramique, silencieux et éloquent.

L’onde libérée comme une onomatopée, celle que rien n’arrête, celle qui traverse les tempêtes, celle qui déchaîne les coeurs, entre l’intime et le public, le désir et la frustration, le contenu et le contenant : souffle vital et libérateur, comme un livre. Sublime et émouvant : ***coup de foudre***

Cette entrée a été publiée dans 2-12 ans, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Les espaces et les sentiments

  1. Ping : Sélection de livres silencieux… |

  2. Mirontaine dit :

    Je note l’album Caravane pour un projet pédagogique avec mes enfants du voyage. belle idée, merci!

  3. anne dit :

    ma fille aime beaucoup ce genre de livre ! Merci pour ton site, j’y trouve des idées originales pour ma fille et mon garçon !

  4. Ping : Nos coups de coeur de février pour finir l’hiver en beauté ! |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

three × three =