A la vie comme à la scène

Shakespeare disait « Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n’en sont que les acteurs. Et notre vie durant nous jouons plusieurs rôles ». Aujourd’hui, place au théâtre et à l’opéra !

 

3000 façons de dire je t’aime de Marie-Aude Murail, école des loisirs, 2013.

Bastien, Neville et Chloé, 3 ados différents et un même désir naissant : faire du théâtre. Ils se croisent dans un cours de français du collège autour d’un professeur qui les emmène à une représentation de Dom Juan : révélation ! Six ans plus tard, chacun mène son bout de vie, mais l’envie des planches reste intacte. Ils se retrouvent à une audition du Conservatoire, et ô bonheur le maître Jeanson les prend tous les trois dans son cours. Comment cette passion commune va t-elle les guider, les faire grandir et les lier à jamais ?

On ne présente plus l’auteure qui une fois de plus nous embarque dans un tourbillon d’émotions à l’image de la richesse des rôles que les personnages interprètent. Oscillant entre la comédie et la tragédie, ces 3 ados vont s’entraider, s’aimer et se révéler. Le théâtre comme accélérateur de choix, de prises de risque, de doutes, et d’accomplissement de soi : l’essence des passions. Entre textes classiques et contemporains, je me suis surprise à jouer les scènes à voix haute. Un hommage touchant à cet art qui apprend la confiance en soi. Comme dirait Jeanson, ce roman est « Lumière » ! Merci Madame Murail.

Retrouvez les avis de Pépita, Kik et notre jeune théâtreux Nathan !

 

Prends garde à toi de Fanny Chiarello, école des loisirs, Médium, 2013.

Louise est brillante, studieuse, jolie, et le centre des attentions des adultes : ses parents et les enseignants. Louise le sait et en joue : rusée, sournoise et manipulatrice. Quand arrive la nouvelle élève, Manon, toute aussi brillante et en plus sportive, Louise devient folle de rage et presque dépressive. Lorsqu’elles apprennent que leur classe a été choisie pour monter Carmen, l’opéra de Bizet, Louise est persuadée que le rôle principal lui est destiné… Mais la vie réserve bien des surprises, et on assiste alors à la prise de conscience d’une jeune fille jusque là choyée et préservée.

Ce roman est jubilatoire ! Cette peste sûre d’elle, attachante tout de même, va apprendre l’humilité dans la douleur et le compromis. Manon lui sert de contre-miroir : elles ont les mêmes qualités mais Manon est simple, gentille et pleine de compassion à l’égard de Louise. Elle va exercer inconsciemment une influence positive sur Louise, et nous assistons à cette transformation. Louise apprend de ses erreurs et grandit. L’opéra et les cours de chant seront des révélateurs aussi. Fanny Chiarello explore de nouveau, après son roman Holden mon frère, ce thème qui lui est cher : la culture est-elle réservée aux seuls initiés ? Avec une langue soutenue et un humour plaisant, on s’attache aux personnages, aussi antipathiques qu’ils soient, et on les accompagne vers la maturité. Un régal !

Un grand homme de théâtre vient de nous quitter… une pensée pour ses proches et ses collaborateurs, et un merci Monsieur Chéreau.

Cette entrée a été publiée dans Ados, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à A la vie comme à la scène

  1. Ping : Ces auteurs de romans adultes qui s’essayent à la jeunesse |

  2. Ping : A la vie comme à la scène | L'&ea...

  3. faelys dit :

    les vacances de Toussaint devraient m’offrir le temps de lire enfin « 300façons de dire je t’aime », et après ce billet je suis encore plus impatiente!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seventeen + one =