Le coeur des louves

Il est des romans plus difficiles à chroniquer que d’autres. De ceux qui donnent cette impression qu’on ne pourra pas les chroniquer à la hauteur de l’émotion ressentie à la lecture. Aujourd’hui, j’en ai un dans les mains : Le Coeur des Louves de Stéphane Servant, paru fin août au Rouergue dans la collection Doado. Une histoire incroyable de 3 générations de femmes, dans un village perdu en montagne, liées par le sang et les secrets de famille : des louves, une meute hurlante et bouleversante.

La mère, Catherine, ancienne écrivaine à succès, et Célia la jeune ado solitaire, reviennent vivre dans la maison de Tina, la grand-mère décédée, au coeur d’un village de montagne où tout semble figé à jamais. Ici personne n’est ravi de leur retour : l’agressivité ambiante gronde et les rumeurs se répandent. Seule Alice, un peu sauvage, se souvient avec plaisir des jeux d’enfant partagés avec Célia lors des vacances scolaires. Entre elles se noue un lien particulier et fort. Telle une forêt dense, la lecture nous plonge dans les recoins de cette communauté repliée sur elle-même depuis des années. Célia est perdue entre les non-dits et les révélations et décide fermement de trouver la vérité. Entre superstitions, malédictions, autorité masculine et violence patriarcale, elle va se frayer un chemin de traverse. Devenir louve pour ne pas rester proie.

Je n’en dirais pas davantage sur l’intrigue, c’est un roman qui se lit, qui se vit, qui se ressent. Roman impressionnant emprunt de fantastique, d’angoisse, et pourtant si humain. Une écriture dense et envoûtante. Un style qui danse entre la cruauté et la nostalgie, le passé et le présent, le calme et la colère, le mensonge et la vérité. Et dans cette danse parfois lunaire, des femmes qui luttent et qui aiment inconditionnellement : elles grognent leur colère, elle hurlent leur liberté. Stéphane Servant a le sens de la formule, pèse le poids et la valeur des mots : la poésie sert la survie. Aucun mot de trop, tous sont nécessaires. C’est un roman magistral et un magistral *** coup de coeur ***

Un grand merci à Kik sans qui je serais possiblement passée à côté… Et vous, empressez-vous de plonger dans l’histoire de « ces femmes qui ont dans le coeur un éclat de nuit qui les pousse à marcher à côté du monde ». Merci Monsieur Servant.

Cette entrée a été publiée dans Ados, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Le coeur des louves

  1. Ping : Du grand bleu | 3 étoiles, le blog.

  2. Ping : Lecture commune : Le coeur des louves |

  3. Eze3kiel dit :

    Très belle chronique.
    J’ai trouvé ce roman magnifique même si, au départ, il ne me tentait pas trop (le titre je pense…).
    Je le recommande à tous, ados, jeunes adultes, adultes…
    Une très belle histoire de femmes.

  4. Ping : SDL 2014 : prendre son temps | 3 étoiles, le blog de littérature jeunesse

  5. Céline dit :

    Superbe billet Carole, tu as presque tout dit et tu l’as très bien dit… Merci de m’avoir donné envie de le lire, c’est une lecture qui m’a profondément remuée.
    la chronique du tiroir à histoires : http://tiroirahistoires.canalblog.com/archives/2013/12/09/28626657.html

  6. Dany G dit :

    A partir de quel âge à votre avis ? Je suppose qu’il n’est pas lisible en collège ?
    En tous cas je vais au moins l’acheter pour moi…

  7. Pépita dit :

    Une de mes prochaines lectures, je sens qu’elle va être très marquante. Mais j’avoue appréhender un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ten − 5 =