De l’Amour

J’emprunte volontiers à Stendhal le titre de son essai sur le sentiment amoureux, celui dans lequel il inventa le concept de cristallisation : phénomène d’idéalisation de l’autre au début d’une relation amoureuse… Et je vous invite à découvrir un sublime album et deux romans qui donnent des ailes !

Sous la pluie de Nancy Guilbert, illustré par Lilly Seewald, éditions Les Ptits Bérets, collection sur la pointe des pieds, 2013.

Un jour de pluie, Monsieur Gaston et Mademoiselle Rosalie, accompagnés de leur chien respectif, Edgar et Huguette, se promènent. Lui râle, elle s’amuse ! Jusqu’au moment où ils se retrouvent à l’abri l’un contre l’autre…Ce qui devait arriver arriva !

Cet album à l’italienne, aux sublimes illustrations un brin rétro et aux couleurs pastels, au texte en vers, est magnifique ! C’est un ***coup de coeur***, ou plutôt un coup de foudre ! Avant la rencontre, chaque double page exprime à gauche le point de vue à moitié vide du Monsieur, et à droite le point de vue à moitié plein de la Demoiselle. A croire que tout les oppose ! On se souvient du début des 101 Damatiens (même les chiens vont « se trouver »), et on finit dans une ambiance Singing in the rain ! Un album poétique en somme, à découvrir vite !

Même pas cap ! de Jean-Luc Luciani, chez Oskar éditeur, 2013, à partir de 10 ans.

Damien est terrorisé à l’idée de retourner au collège demain. La raison ? Marilou, celle dont il est raide-dingue amoureux et qui lui impose sans cesse des épreuves redoutables ! Et plus ça va, plus les défis même pas cap deviennent insensés et dangereux. Aimer à en perdre la raison ? Les épreuves d’amour sont-elles des preuves d’amour ? Pas si sûr…

Dans ce court roman, les actions s’enchaînent sur le fil tendu de l’amour qui rend aveugle notre jeune héros. La chute qu’on pressent devient la seule issue vers la prise de conscience et le retour à une relation douce, sans rapport de force et équilibrée. Beaucoup de tendresse dans le dernier chapitre qui laisse au lecteur le sourire presque béat des gens amoureux… On notera le titre qui n’est pas sans rappeler le film Jeux d’enfants sorti en 2003.

Mon coeur dans les rapides d’Ahmed Kalouaz, photo de couverture de Dorothy-Shoes, éditions du Rouergue, 2012.

L’été entre le collège et le lycée arrive et Juliette décide de partir en camp de canoé avec sa meilleure amie Léa. Arrivée en Ardèche, Juliette va découvrir la beauté des paysages, la vie en collectivité mais surtout l’Amour… Il se nomme Nicolas, il est discret, un peu mystérieux, prononce des mots silencieux et écrit ses pensées sur des galets… C’est l’été de la découverte du sentiment amoureux, des doutes, des peurs qui tombent, du corps qui parle et du coeur qui se révèle.

Un roman qui raconte l’histoire d’un été inoubliable, comme nous l’avons tous et toutes vécu. L’histoire d’une jeune fille joyeuse, très vivante et qui profite de tous les moments que la vie lui offre. Un roman très bien écrit, peu de pages où l’auteur dit l’essentiel : la vie. Le coeur qui bat, à l’image des rapides, tantôt lentement, tantôt rapidement. L’été où Juliette découvre l’indépendance loin de sa famille, fait des choix, renforce son Amitié avec Léa, partage avec l’Autre. La lecture plaisante de ce roman me rappelle une phrase de Truffaut :  » Ce qu’il y a de bien avec l’adolescence, c’est que tout ce que l’on fait, on le fait pour la première fois « . A découvrir sur une plage d’été, et l’avis de Bouma aussi.

Cette entrée a été publiée dans 2-12 ans, Ados, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à De l’Amour

  1. Ping : Et si on parlait d’amour ? |

  2. Céline dit :

    Je viens de lire sous la pluie car ton billet m’avait donné envie… Un petit bijou, je suis aussi enchantée que toi !

  3. Ping : En août, on préféré… |

  4. Lilly S. dit :

    Un grand merci pour cette jolie critique! :)
    Des mots qui font chaud au cœur!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seven − six =