Un jour…au bout du monde

Aujourd’hui, je vous présente 2 beaux albums qui traitent du même thème : l’adoption. Des enfants sans parent, des parents sans enfant, il y en a dans la vie, il y en a dans les livres. Ici, là-bas, partout.

Un jour, mes parents viendront d’Ingrid Chabbert, illustré par Stéphanie Augusseau, collection Histoires comme ça, Editions Alice, 2013.

Une petite fille à la robe rouge attend. Entre les murs d’un orphelinat, elle espère trouver sans vraiment chercher. Elle les rêve rien qu’à elle, elle les souhaite rigolos, amoureux, câlins. En attendant son départ, elle se souvient de son arrivée. Un jour, ils viendront, elle le sait.

Un éventail d’émotions tant dans le texte épuré que dans les illustrations à dominance jaune et bleue. Bleu comme le froid de l’attente, de l’orphelinat, des jours trop longs, de tristesse, de solitude. Jaune comme ces ouvertures sur le monde extérieur, comme l’espoir, comme la lueur vers le pays du bonheur, comme ce jour qui arrive enfin. Et un peu de rouge orangé aussi, comme la chaleur des mains tendues, comme les rires parfois, comme la caresse sur la joue, comme la vie qui bat son plein dans le coeur de cette petite fille. Un fil de cerf-volant en filigrane, qui guide, qui tient, qui ne se brise pas, qui autorise les mots et les pensées. Parce que dans cette jolie histoire, c’est le point de vue de l’enfant qu’on entend et qu’on comprend. C’est là l’originalité. Une mention particulière pour la double page sans texte où les illustrations seules émeuvent : 4 mains tendues qui se croisent, un sourire de bonheur : tout est dit.

Retrouvez l’avis de Kik

L’orphelinat du bout du monde de Coralie Saudo et Emma, collection La tête sur l’oreiller, Editions Les P’tits Bêrets, 2012.

Pépine l’autruche et Pato le crocodile sont très amoureux, mais très tristes aussi car ils ne peuvent pas avoir d’enfant ensemble. Puis un jour, ils trouvent un oeuf orphelin. Ils décident ensemble d’en prendre grand soin jusqu’à l’éclosion de Colori, leur bébé perroquet. La jolie nouvelle se répand : s’il y a des parents qui ne peuvent pas avoir d’enfant, et des enfants sans parent, pourquoi ne pas créer un orphelinat du bout du monde où chacun trouvera sa famille ?

Ici, on parle de stérilité, d’adoption, de différence et surtout d’amour. Avec finesse des mots et joie des illustrations colorées et sublimes, le droit au bonheur s’expose pour tous et toutes. Un album très doux, poétique, dans l’air du temps. Peu importe qui se cache dans l’oeuf, chacun a le droit d’exister et d’être aimé. Pas de discrimination, pas de préjugé, seul l’amour compte. Et ça fait du bien !

L’adoption est un thème qui me tient particulièrement à coeur. La littérature jeunesse s’en empare de façon douce et poétique. Subtilité, finesse, ouverture d’esprit, émotions. Deux albums à découvrir, à offrir, à lire : COUP DE COEUR !

Cette entrée a été publiée dans 2-12 ans, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Un jour…au bout du monde

  1. Ping : Des parents, des enfants, une rencontre |

  2. Ping : L’orphelinat du bout du monde de Coralie Saudo et Emna |

  3. Pépita dit :

    Coucou !
    ne m’en veux pas : je t’ai taguée là : http://melimelodelivres.blogspot.fr/2013/05/taguee.html
    Tu fais comme tu veux ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 5 =