Roulette russe

Si on jouait à 1, 2, 3 soleil mais version roulette russe ? ça donnerait 1, 2, 3 romans géniaux avec 3 ados pas farouches, écrits par 3 auteures talentueuses ! Il s’agit de Noël en juillet, Rouge Bitume et Fées d’hiver d’Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine Beau et Séverine Vidal, parus chez Oskar éditions, entre 2011 et 2013. Attention trilogie à hauts risques de dépendance, de rires, de suspens !

Des cadavres de chats qui s’accumulent derrière les poubelles du 180 où vivent Emma, Tomaso et Youri, 3 ados qui s’adorent et se connaissent depuis toujours. Un homme dangereux rôde dans le coin. Mystère et roues de skate. Il n’en faut pas moins pour nos 3 détectives épris de sensations fortes et de vérité pour nous embarquer dans un rythme effréné ! Jusqu’où iront-ils pour démasquer le coupable un brin psychopathe ?

 

On prend les mêmes et on recommence !

Félix, le clochard qui squatte le banc de la cour du 180, est retrouvé inanimé. Qui pourrait lui en vouloir à ce point ? Et pourquoi tant de graffitis ornent les murs de la ville ? C’est reparti pour un tour à 3 : réflexion, questionnement, quête d’indices, et réponses… Et le danger dans tout ça ? Les gens ont-ils tant de choses à cacher ? On en redemande dès la dernière ligne !

 

 

Et hop ! Olga, la soeur de Youri vient d’accoucher. Mais, Irina, la marraine et amie de tous, a disparu subitement ! Elle s’est volatilisée entre Paris et Besançon. C’est la panique au 180. Où est-elle passée ? Quel est son terrible secret ? Rien de moins qu’une escapade épique et pleine de rebondissements pour nos héros et leurs familles. Direction la Mémé d’Emma, directement sur place, à la recherche de la serveuse russe. Que trouveront-ils ? La vérité… et possiblement l’Amour !

 

 

Je voulais les lire depuis longtemps et ma patience est récompensée ! C’est un régal de lecture ! Impossible de lâcher les 3 romans, lus d’une traite ! Au début, j’avoue avoir essayé de distinguer les 3 plumes, puis j’ai vite abandonné l’idée tant l’écriture est une, fluide, elle coule de source. Les 3 ados sont extra, drôles, brillants, matures et à la fois enfantins. Je me suis imaginée cette complicité entre les 3 auteures à l’image de celle des 3 personnages. Ils sont touchants, en devenir, en affirmation de soi. Emma qui vit à moitié dans son arbre nous fait un remake de Jules et Jim parfois, et ces 2 garçons qui tanguent entre amitié, amour, taquinerie, et solidarité masculine.

Le décor de l’immeuble du 180 et ses habitants nous deviennent familiers au fil des pages. Tous les personnages sont définis, attachants, particuliers, et ont tous une histoire. Le restaurant Al Capone, dont les parents de Youri sont propriétaires, est le Quartier général des détectives en herbe. Ici se tissent les liens, se créent des souvenirs, se résolvent des énigmes. C’est bien de cela dont il s’agit : du lien, envers et contre tout. Au-delà du suspens, des aventures, des expériences, le fil conducteur de ces romans c’est le lien. Immuable. Et j’ose espérer que les derniers mots de Fées d’hiver sont annonciateurs d’une suite  » ça ne se termine pas, l’Amour d’une vie qui a grandi. L’amour fois trois. J’écris ça ne se termine pas. L’amour. En nous.  »

Je ne peux que vous conseiller vivement de les lire, n’ayez pas peur, le bonheur de lecteur c’est juste un bon moment à passer ! ***et 3 coups de coeur, 3 ***

Cette entrée a été publiée dans Ados, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Roulette russe

  1. Ping : Ma valise, cet été et moi… |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × one =