Le coeur en braille

Il était dans ma PAL depuis quelques temps… Une rencontre avec l’auteur et une dédicace au Salon du livre de Paris, et hop ! Et Quel moment ! Il s’agit du premier roman de Pascal Ruter, Le coeur en braille, paru chez Didier Jeunesse, en juin 2012. La couverture est illustrée par Anne Montel, et nous dévoile cette galerie de personnages hauts en couleur !

Le ton est donné en 4 ème de couverture :

Jusque là, pour Victor, une année scolaire, c’est du saut à l’élastique sans l’élastique ! Ce qu’il préfère ? Ecouter les Rolling Stones, se gaver de loukoums avec son copain Haïçam, parler mécanique avec son drôle de père… Quand il ne s’amuse pas à planquer le papier des toilettes des filles, il essaie d’échapper aux punitions qui pleuvent sur lui comme la foudre sur le paratonnerre. Mais lorsque Marie-José, génie absolu, déboule dans sa vie un beau jour de contrôle de maths, c’est tout son univers qui implose….

PS : si vous avez envie de rire, c’est normal. Si vous avez envie de pleurer, c’est normal aussi.

L’atmosphère du collège est retranscrite avec brio : les cours et les profs, la corvée des devoirs, les perfidies, les violences, le sentiment amoureux naissant, et les amitiés qui prennent une grande place. Mention spéciale au CPE, alias Lucky Luke, un fan de cyclisme qui se met en quête de la grande littérature ! Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres et servent à merveille le récit. Il y a Victor, le narrateur, un peu cancre mais tellement drôle, qui vit seul avec son père, qui au fur et à mesure du roman grandit, s’élève et se révèle bien plus complexe qu’il n’y paraît. Il y a son meilleur ami Haïçam, gourmand loukoumophile, peu bavard mais brillant, un surdoué des échecs, béquille à toute épreuve pour Victor. Il y a aussi Marie-José, la fille tirée à 4 épingles, virtuose du violoncelle, qui donne tout son sens au titre du livre…
Dès les premières pages, l’auteur impose son ton : une écriture très imagée et drôle. Victor en est le digne représentant : une vie intérieure riche et en ébullition, entre doutes, réflexions quasi philosophiques et rêveries d’ado. Les répliques fusent vite, préparez-vous à des fous rires inattendus ! Quant au fond, l’histoire est touchante, le suspens en crescendo, et tient le lecteur jusqu’au bout ! Une grande réussite ! Et un véritable hymne à l’amitié et à la solidarité ! Un roman d’apprentissage fort !
De ces romans qui vous font aimer les transports en commun, ceux dans lesquels on replonge vite vite vite dès qu’on peut ! Et je suis vraiment contente de vous annoncer 2 bonnes nouvelles : d’une part, il est sélectionné pour les Prix des Incorruptibles 2013/2014 pour le niveau 5è/4è, d’autre part, il vous reste quelques semaines pour le découvrir avant la parution du second roman de Pascal Ruter, Du bonheur à l’envers, en mai donc, chez Didier Jeunesse. Alors foncez !!
Retrouvez les avis de KikPépita et Alice.
Cette entrée a été publiée dans Ados, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Le coeur en braille

  1. Ping : L’amour au subjonctif | 3 étoiles, le blog de littérature jeunesse

  2. Ping : De la relation entre les pères et les fils … |

  3. Ping : Et si on parlait d’amour ? |

  4. Ping : A l’envers | 3 étoiles, le blog de littérature jeunesse

  5. Alice dit :

    AAAh,cool la suite des aventures de Victor
    J’avais bien aimé le coeur en braille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − 4 =