Tarja est une salope ! ou pas.

Oui j’en conviens, ce vilain mot, cette insulte, dans le titre, c’est surprenant, voire un peu violent… Et pourtant. Et pourtant, ce n’est rien en comparaison de la violence quotidienne que subit Tarja, cette adolescente d’aujourd’hui. Les médias, notamment aux Etats-Unis, nomment ce phénomène le  » slut shaming  » : prenez des ados, des réseaux sociaux, une bonne dose de cruauté, et vous obtenez une nouvelle forme de torture mentale. Cette abomination qui fait des ravages est la toile de fond du très incisif roman Tarja de Jean-Noël Sciarini, aux éditions La joie de lire, collection encrage, paru en 2011, couverture illustrée par Hervé Tullet.

 

Genève, de nos jours, un lycée, des adolescents, et des murs salis d’insultes à l’encontre d’une jeune fille : c’est la vie de Tarja. Un groupe facebook pour parfaire sa réputation de fille facile. Elle rase les murs, se fait discrète, elle qui est passée de bonne élève à élève bonne à baiser. Oui Tarja flirte peut être plus que la moyenne, oui elle confond Amour véritable et coucherie, oui elle a besoin d’affection. Délaissée par ses parents enfouis dans leur vie professionnelle, inconsolable depuis la mort de sa meilleure amie Jessica, Tarja cherche du réconfort et se perd. Seule lumière dans sa vie, Léon son ami de toujours, soutien inconditionnel. Oui mais ça ne suffit pas : le mal est fait, Tarja finit par croire qu’elle est vraiment cette fille-là. Elle marche sur un fil telle une funambule aveuglée par ses chagrins. Et la chute va être brutale, longue, douloureuse. De secret en révélation, le portrait d’une jeune fille en souffrance dans une société bien pensante qui juge et condamne sans pitié.

J’ai lu ce roman en 3 heures, j’ai pris une claque monumentale. La langue acérée, aiguisée, sans détours de l’auteur est bouleversante. Les sentiments exprimés par Tarja sont durs, extrêmes et justes. On aimerait la protéger cette jeune fille brisée et pourtant en devenir. Les thèmes abordés sont multiples, traités avec finesse et bien ancrés au réel. C’est une lecture qui ne laisse pas indemne, de celles qui marquent, de celles qu’on digère lentement. Mais de celles qui sont nécessaires pour comprendre le monde dans lequel on vit.
J’ai eu la chance de rencontrer Jean-Noël Sciarini récemment, nous avons discuté ensemble de la légitimité d’aborder tous les thèmes en littérature jeunesse, et en littérature ado en particulier. Pour celles et ceux qui s’intéressent à cette question, je vous recommande cet article pertinent.

Et je vous signale que lors du prochain Salon du livre de Paris, fin mars, aura lieu une conférence : la jeunesse sans tabous, peut-on écrire sur tout ? ( vendredi 22 mars de 16h30 à 17h30, scène U10 ) en présence de l’auteur.

Retrouvez l’avis de Kik.

Cette entrée a été publiée dans Ados, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Tarja est une salope ! ou pas.

  1. pépita dit :

    Très bel article Carole. Il est sur ma pile depuis quelques semaines, faut que je le lise. Et je regrette vraiment de ne pouvoir me rendre cette année encore au Salon du livre. Cette Conférence m’aurait intéressée. Tu feras un petit topo ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sixteen − 13 =