A l’abordage !

Aucun doute, le pavillon noir flotte bel et bien au dessus de la littérature jeunesse ! Sujet de fascination pour les enfants, les pirates sont devenus un thème classique. De Barbe-Rouge au Capitaine Crochet, en passant par l’Ile au Trésor, les récits de piraterie sont des récits d’aventure. Aujourd’hui, je lève les voiles pour vous parler d’un roman  Le Grillon, récit d’un enfant pirate, premier roman de Tristan Koëgel, aux éditions Didier Jeunesse, paru en janvier 2013.

 

Seul rescapé d’un abordage musclé, ce jeune enfant coréen nous livre son histoire. Son histoire de pirate des temps modernes au large de la Somalie. Recueilli par les pirates, surnommé le Grillon par le chef, la mer pour horizon et un bateau pour maison, des pirates armés de AK-47 en guise de famille : voici l’histoire de Mostéfa. Heureusement dans son malheur, il lui reste son précieux imaginaire… Aujourd’hui, il est pensionnaire d’un institut à Mogadiscio, les pieds sur la terre ferme, et nous livre son aventure malgré lui.

Ce petit bonhomme touchant et drôle nous embarque dans son récit avec son franc-parler. Dans un quotidien violent, il est capable de s’émerveiller de tout, de tomber amoureux d’une jeune fille à la robe rouge qui n’existe que dans un livre, d’avoir peur d’un escargot alors qu’il maîtrise la mitraillette, de chérir cet objet-livre alors qu’il ne sait ni lire ni écrire. Il est touchant d’innocence et de bon sens, tantôt naïf tantôt extra-lucide. Sa façon de dire les choses même graves vous vole des sourires, parfois des éclats de rire. On tremble aussi pour lui. C’est un récit d’aventure mais aussi un récit d’apprentissage. La narration  à la 1ère personne alterne le passé et le présent, la piraterie et l’institut, les méchants et les gentils. Et le grillon se fait ballotter entre ces flots sans jamais se noyer. Le dernier chapitre est plein d’espoir, vers une résilience de Mostéfa, il lui faudra réapprendre la vie, mais il est fort ce petit…

C’est un roman qui se lit d’une traite ! La plume de Tristan Koëgel est directe, incisive, poétique et très juste. Entre imaginaire et réalité, entre violence et légèreté, ce roman rappelle la triste réalité des enfants-soldats. Ce premier roman est une réussite ! Un auteur à suivre de près et un roman à lire !

Sophie a interrogé l’auteur, pour en savoir plus ici

Retrouvez les avis de Sophie, Céline, Nathan, et Pépita.

 

Cette entrée a été publiée dans Ados, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à A l’abordage !

  1. Ping : Les enfants ont des droits |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fifteen − four =