un jour, une collection : Trimestre

Sur le conseil éclairé de ma complice Pépita, j’ai découvert une collection géniale ! Il s’agit de Trimestre chez Oskar Editions. C’est une collection de textes illustrés, entre albums et romans, pour les 7-10 ans. Le principe est simple : un titre, un sous-titre, une illustration sur la page gauche, un texte sur la page droite, un auteur, un illustrateur, un thème et une couleur. La collection n’existe que dans une intention : susciter chez le lecteur une émotion et/ou une réflexion fortes. Et ce quatre fois par an : 4 textes, 4 auteurs, 4 illustrateurs, 4 couleurs… pour 4 coups de coeur, sous l’impulsion de Thierry Lenain et Benoît Morel.

Je vous propose de découvrir 4 numéros.

Le bébé tombé du train, ou quand l’amour d’une mère est plus fort que tout de Jo Hoestlandt, illustré par Andrée Prigent, n°2, 2011.

Anatole n’est ni beau, ni aimable, ni gentil, il est vieux, il est seul et n’a confiance en personne. Un jour, dans le fond du potager, là où les trains passent,  il trouve un miracle : un bébé ! Il va lui donner un prénom, Virgile, et Virgile va donner du sens à sa vie. Peu à peu, ils s’adoptent mutuellement. Les années passent, ils grandissent ensemble…jusqu’au jour où une femme avec une valise arrive. Cette femme aux cheveux courts et qui semble si épuisée porte l’ombre d’une étoile sur sa veste.

Le contexte historique est subtilement amené par quelques indices dans l’histoire ( les voisins, la venue de la police ). C’est un récit émouvant, les illustrations simples et efficaces, le sous-titre justifié. Pour les jeunes lecteurs, je recommande l’accompagnement d’un adulte pour expliquer la fin. Retrouvez l’avis de Bouma ici.

 

Lali l’orpheline où l’on se demande si l’on peut faire du mal en croyant faire du bien de Thierry Lenain, illustré par Olivier Balez, n°4, 2011.

Un papa qui raconte le voyage en Inde de sa fille Marion, 20 ans, partie faire de l’humanitaire. Dans l’orphelinat, Marion rencontre Lali, enfant muette qui ne marche pas. Une relation forte se noue entre les deux filles, oui mais jusqu’où ? Jusqu’au jour où Marion devra abandonner Lali ? Jusqu’au moment où Marion fera du mal à Lali en croyant lui faire du bien ? De conseils paternels à son instinct, Marion grandit et comprend.

C’est un texte qui parle d’Amour inconditionnel : celui d’un père pour sa fille, celui d’une jeune femme en devenir et d’une petite fille malmenée par la vie. Les illustrations toujours efficaces par leur simplicité et tellement suggestives. Encore de l’émotion. Retrouvez l’avis de Pépita et de Sophie.

 

Le loup sous le lit ou quand une petite fille sait ce que les adultes ne savent plus de Stéphane Servant, illustré par Benoît Morel, n°5, 2012.

Le loup est triste et souffrant, il a peur de la ville, peur des gens. Une petite fille, seule à le remarquer parmi la foule urbaine, décide le le prendre sous son aile et de l’aider. De là naît une amitié peu commune, qui brave les différences et les préjugés. Il apprend la confiance et la douceur, elle apprend la nature et le silence. Jusqu’au jour où les hommes, sauvages et ignorants, décideront de chasser ce loup.

Les illustrations sont poignantes et traduisent toutes les émotions : peur, tristesse, douceur, confiance, complicité et attachement. Un régal pour les yeux, et un texte fort qui dit la faculté qu’ont les enfants à voir ce que les adultes ne voient plus. Retrouvez l’avis de Pépita et de Sophie.

 

Je veux aller à la mer où l’on apprend que la mer est à 503 km de Jo Hoestlandt, illustré par Jean-Pierre Blanpain, n°6, 2012.

503 km séparent Johnny, jeune garçon curieux et optimiste, et son rêve : la grande bleue, la mer, l’évasion absolue. Alors pour parer au manque, il voyage dans sa tête, notamment en allant à la bibliothèque. Mais pas dans les livres non, il rêve dans le bus : juste derrière le conducteur, il prendrait bien sa place pour faire ces kms tant désirés ! Et quand sa maman découvre sa réponse au devoir donné par la maîtresse  » cet été, nous irons…NULPAR « , quelle tristesse ! Mais dans cette famille, on n’a pas les moyens de partir en vacances, on a mieux : l’optimisme ! Alors c’est décidé, cet été, ils iront tous à la mer !

Et voilà, encore un texte plein d’émotion ! Des dialogues, de la joie malgré les soucis, de l’amour évidemment. Le tout sur fond bleu et un réalisme des émotions des personnages dans les illustrations. Un moyen intelligent de prendre conscience que certains ont plus de chance que d’autres, et de savoir apprécier ce qu’on a. Les avis de Bouma et de Pépita ici.

En conclusion, je ne peux que vous conseiller vivement de découvrir cette collection originale ! La ligne éditoriale est vraiment bien choisie : les auteurs et les illustrateurs forment de très beaux duos, les couleurs sont appropriées aux textes et surtout aux émotions, la qualité remarquable en fait de beaux objets-livres. C’est une façon poétique, intelligente et efficace d’engager des dialogues avec les jeunes lecteurs, de mettre des mots sur des questionnements, sur des sentiments. C’est le genre de littérature jeunesse qu’on aime promouvoir parce qu’elle aide à grandir, à comprendre, à apprendre. COUP DE COEUR !

Le prochain numéro, le 9, sort en février ! en voici la couverture et le titre ! Ne ratez pas cette occasion !

Cette entrée a été publiée dans 2-12 ans, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à un jour, une collection : Trimestre

  1. Ping : Lecture commune Le rire de Camille | A l'ombre du grand arbre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 − 2 =