et PEF ! les mots tordus !

En 1980, Pef ( Pierre Elie Ferrier ) invente le prince de Motordu, un des tout premiers héros de la collection Folio Benjamin, au succès incontesté, désormais au cœur de près de vingt histoires. Lorsqu’il veut raconter ses histoires, Pef utilise deux plumes : l’une écrit et l’autre dessine. La première dérape à la moindre occasion et la seconde la suit les yeux fermés !

Pef a déjà signé plus de 150 ouvrages, graves, drôles, tendres ou désopilants…
« La belle lisse poire du prince de Motordu », publié en 1980, est son plus beau succès, vendu à plus d’un million d’exemplaires. Une fabuleuse reconnaissance qui l’amène à collaborer régulièrement avec des institutrices et des orthophonistes, à sa plus grande joie!


«Le prince de Motordu sera présent surtout par sa façon de parler. Il a inventé une langue, aux enfants de se l’approprier».

Ces albums tiennent à la fois du conte et de la littérature«miroir», dans laquelle les enfants aiment à se retrouver. Ils initient les lecteurs-auditeurs à une forme d’humour qui éveille leur attention aux mots et leur plaisir à goûter le langage. Pef raconte les aventures du prince de Motordu et de sa famille en jouant avec la langue : jeux de mots, paires minimales, écriture phonétique, sont soutenus par ses illustrations. Celles-ci prennent les mots tordus au pied de la lettre, soulignant la cocasserie de l’invention. Elles permettent de mieux comprendre les jeux de mots et marient avec humour le registre du conte et celui de la vie de tous les jours. Ainsi les mots et les dessins ne vont pas l’un sans l’autre, c’est devenu un véritable exercice de style !

La belle lisse poire du Prince de Motordu

Premier album de la série : où l’on découvre le principe qui régit l’écriture et les illustrations !

  • Le Prince de Motordu mène la belle vie dans son chapeau au-dessus duquel flottent des crapauds bleu, blanc, rouge (le dessin représente un château en forme de chapeau avec des drapeaux en forme de crapauds bleu, blanc et rouge). Il ne s’ennuie jamais l’hiver, il fait des batailles de poules de neiges (on voit le prince en train de lancer des poules dans la neige), le soir il joue aux tartes (le prince joue aux cartes avec des parts de tartes). Lorsqu’il fait plus doux, on peut le voir filer sur son râteau à voiles (il est sur l’eau, sur un bateau en forme de râteau).
  • Mais voilà qu’un jour ses parents viennent le trouver et lui disent qu’il faut qu’il se marie. Le Prince part alors à la recherche d’une femme.
  • Il rencontre une jeune flamme qui cueille des braises des bois, c’est sa future femme la princesse Dézécolles, qui est institutrice dans une école publique, gratuite et obligatoire, qui entreprend de le soigner de ses mots tordus ! Puis ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants….

Dans la suite de la série, on suit les aventures de la petite famille attachante de Motordu !

 

Pef a obtenu pour l’ensemble de son œuvre :
– le grand prix spécial Sorcières,
– le prix Humour Loisirs-Jeunes,
– le prix d’illustration de la ville de Bari (Italie).

Il se rend régulièrement dans les classes pour rencontrer les enfants à qui il parle de liberté et d’humour. Deux écoles et trois bibliothèques portent son nom.

Cette entrée a été publiée dans 2-12 ans, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à et PEF ! les mots tordus !

  1. Ping : La belle lisse poire du prince de Motordu | A l'ombre du grand arbre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nineteen − 10 =