D’une seule voix

En bonne facebookineuse que je suis, j’ai suivi le précieux conseil d’une auteure jeunesse, Cécile Roumiguière. Hop un tour chez mon libraire, et me voilà avec le récit de Thomas Scotto, Ma Tempête de neige, chez Actes Sud Junior, paru en février 2014. Collection créée  par Jeanne Benameur et Claire David, ce sont des textes courts, à lire d’une traite, et à relire pour soi et le monde.

Lui, le narrateur, c’est Zacharie, 19 ans. Elle, son amoureuse, c’est Katell, 24 ans. Il s’adresse à cet(te) inconnu(e) tant attendu(e), tant désiré(e), déjà aimé(e). Des questions, des doutes un peu, des larmes d’émotion, de l’excitation, de l’euphorie, et de l’impatience, beaucoup. On suit le fil de ses pensées, on le vit avec lui, on y est aussi. Annonce à l’entourage, souvenirs d’enfance et projection fantasmée. Rituels nocturnes à 4 mains, références à Brautigan qui donne son charme au titre enneigé. C’est l’histoire d’un désir fort : on ne naît pas père, on le devient.

Quelle claque ! Je l’ai lu et relu. C’est beau et bouleversant d’assister à ce flot poétique qui déborde du coeur d’un jeune homme. Une déclaration d’amour comme un cri puissant et sincère. Mettre des mots sur cet à-venir si présent avec autant de finesse et de pudeur, ça m’émeut. On assiste sourire aux lèvres, coeur battant et larme à l’oeil, à la naissance d’un homme. Le genre de récit qu’on relira comme un trésor, et qu’on offrira comme un cadeau précieux. Merci Monsieur Scotto.

Du coup, j’ai eu très envie de découvrir un autre récit de la même collection. J’ai choisi Pas Couché de Cathy Ytak, paru aussi en février 2014.

Elle, c’est Manon. Jeune fille un peu particulière qui a un ami particulier. Lui, son ami, c’est Timothée. Entre eux, un lien fort tissé autour d’une passion commune sous forme de notes, de paroles, une platine et des vinyles. Pas de coucherie entre eux, juré, craché, promis. Pourtant le monde autour lui soutient que c’est impossible ! L’amitié fille-garçon sans larme ni embrouille n’existe pas. Et si Timothée disparaissait ? Cette question absolue met le doute dans l’esprit de Manon jusqu’au soir où…

Autre registre, mais toujours cette narration fluide, aérienne, intense ! Un sujet qui m’intéresse, une passion qui me parle, et un lien que je connais. Une complicité au fil du temps, des rituels, ce point où l’on n’a plus besoin de se dire les choses parce qu’on se connaît vraiment. Loin des clichés, l’auteure n’évince pas la question du désir : entre le déni, les évitements et l’évidence. Très beau texte aussi. Et une envie de lire à voix haute.

J’ai donc un gros COUP DE COEUR pour cette collection qui porte à merveille son nom. Beaucoup d’émotions, impossibilité d’arrêter la lecture, envie de les relire et de découvrir tous les autres !

 

Publié dans Ados | Marqué avec , , , , , , | 2 commentaires

SDL 2014 : prendre son temps

Voilà ce que je m’étais promis pour cette nouvelle édition. Prendre le temps de la découverte, d’écouter les débats, d’échanger et de partager, de passer voir ceux que j’aime bien. Enfin surtout ne pas courir, et me faire plaisir. Promesse tenue, je vous raconte ?

Vendredi soir, première table ronde menée par Fred Ricou : Histoires de femmes en littérature ado.


Avec Pascale Maret pour Les ailes de la Sylphide
Frédérique Deghelt pour Ma nuit d’amour
Paule du Bouchet pour Je vous écrirai
et Stéphane Servant pour Le cœur des louves. Forcément avec ses auteurs et cette thématique, je ne pouvais pas ne pas y assister. Très chouettes échanges, j’ai adoré !

Samedi matin, découverte par hasard du Magazine Peps ! C’est un trimestriel sur la parentalité positive dédié aux parents des 0-20 ans. Accueil fort sympathique par sa responsable administrative, Véronique Pernoud, et Carine Dubreuil. Je vous en reparle très bientôt. Puis direction le stand des éditions Les Minots, avec Angéline Chusseau et les doigts de fées de Lucie Vandevelde. C’est toujours un plaisir de les voir et d’échanger avec elles ! J’ai des trésors dont je vous reparlerai très vite.

Pour Eva, merci Lucie

On continue avec une autre table ronde et Fred Ricou. Cette fois, il s’agit de la relation Grands auteurs / Petits éditeurs, avec Eric Denniel (directeur des éditions Le Muscadier) et Patrice Favaro (auteur jeunesse ), et Jean René (directeur des éditions Bulles de Savon) et Michel Piquemal (auteur jeunesse). D’abord j’ai découvert ces deux maisons, et ce que je retiens de cet échange, c’est précisément la relation au temps : temps de l’échange entre l’éditeur et l’auteur, temps de l’écriture, temps de maturation, temps de relecture et temps qui permet un lien de confiance entre ces différents acteurs du livre. Débat hyper intéressant, échange sympathique, super moment !

le temps fait son ouvrage

Petite pause goûter d’anniversaire !

40 bougies !

 

 

 

 

 

50 ans et une Légion d'honneur !

 

 

 

 

Dimanche matin, histoire de bien commencer la journée, direction table ronde sur le thème du rire ! Grosse marrade avec Wiaz et son fantôme chez La Différence, Claire Renaud et ses histoires maboules, et Laurent Simon chez Hélium. Fred et le public n’étaient pas en reste ! Fou rire du matin, entrain !

 

Quand Laurent Simon croque Wiaz !

Hop direction la dédicace de Thomas Scotto chez Actes Sud Junior pour son sublime Ma Tempête de neige, lu et adoré la semaine dernière sur les conseils de Cécile Roumiguière que je retrouve avec plaisir devant le stand justement. Je le chronique très vite, promis !

Emue...

Et maintenant, sur la grande scène, un débat qui me tient à coeur : la lecture, un perpétuel combat ? Sont présents Vincent Cuvellier, écrivain, Sylvie Gracia, éditrice, Christine de Mazières du SNE et Vincent de St Vincent de Médias Participation. Si vous voulez les chiffres, c’est ici. Ont été abordés la sacralisation du livre, le lien entre le livre et les jeunes lecteurs, l’importance de la création surtout en secteur jeunesse ( ce sera d’ailleurs le thème du prochain salon de Montreuil ), le problème du temps dont on dispose pour la lecture, l’espace de liberté solitaire et intérieure qu’offre le livre, mais aussi le partage et la proximité qui se créent. Sujet qui m’intéresse au plus haut point…il nous faudrait plusieurs vies pour en faire le tour ! Comme le défend Vincent Cuvellier : moins d’injonction et plus de plaisir !

la lecture : combat ou engagement ?

Le numérique ne m’a pas échappé : la Souris qui raconte s’est associée aux Apprimeurs pour les cartes à lire. Une nouvelle expérience de distribution de livres numériques pour le libraire et d’acquisition pour le lecteur : une jolie carte papier qu’on peut faire dédicacer et offrir comme un livre. Il suffit de se connecter et d’entrer le code de téléchargement. C’est tout nouveau, je vous en dirai davantage très bientôt ! Bonne initiative dans tous les cas.

les cartes à lire

D’autres découvertes et chouettes rencontres dans les allées. J’ai de quoi lire et chroniquer pour un moment ! Merci à toutes celles et tous ceux qui défendent le livre en général, et le livre jeunesse en particulier. Merci pour les échanges et les sourires. Bref ce fut un weekend au poil ! ah non, pardon, à poil ;-)

Frigide si tu me lis ... ah ah ah !

Publié dans 2-10 ans, Ados | Marqué avec , , , | 4 commentaires

Comme des images

Je l’attendais. Vraiment beaucoup. Il a paru le mois dernier, acheté le matin même, lu dans la journée. Il s’agit du dernier roman de Clémentine Beauvais, Comme des Images, chez Sarbacane, collection X’prim. Deux valeurs sûres. La lecture de son précédent roman, La Pouilleuse, chez le même éditeur, m’avait bouleversée. Nous en avions fait une lecture commune à l’ombre du grand arbre.


Il était une fois, ça commence comme un conte…un conte désenchanté. Des ados, un lycée prestigieux, une course à la réussite, des adultes qui mettent la pression, des histoires d’amitié et d’amour. Léopoldine a rompu avec Timothée pour Aurélien. On l’apprend par sa meilleure amie, sans identité, qui est aussi la narratrice. Timothée se venge en envoyant à tout le lycée une vidéo compromettante de Léo. Injures, diffamation, atteinte à la vie privée, jalousies, trahisons, humiliation, jeux de regards, alliances, jugement, critique, et droit à l’image. Ici, comme le souligne le titre, tout est question d’image : image de soi, image des autres, illusion d’optique, image virtuelle et reflet de la société.

La couverture annonce la doublure : Léopoldine a une jumelle, Iseult. Celle qui sourit et regarde son avenir droit devant et celle qui lève les yeux au ciel. La journée cauchemardesque est doublement vécue : Léo doit surmonter l’épreuve, et par répercussion Iseult aussi. Oui mais voilà, Iseult n’a pas la force de sa soeur : plus Léo relève la tête, plus Iseult perd la sienne. Jusqu’où ?

Entre un Huis-Clos élitiste, le lycée Henri IV, où les acteurs en représentation quasi-permanente définissent à la perfection la formule de Sartre  » l’enfer, c’est les autres  » et les jeux d’humiliation et de perversité en format épistolaire 2.0 version réseaux sociaux dignes des Liaisons Dangereuses de Laclos, Clémentine Beauvais nous offre un roman terriblement efficace, à la langue incisive, aux personnages travaillés, à l’issue fatale. Un roman hypnotique et moderne qui décrit avec justesse et intelligence certains travers de la société, les affres de l’adolescence, l’ingérence humaine : le cri primal de l’injustice, le premier non.

Enorme premier ***coup de coeur*** roman 2014 et carton plein chez mes compères Nathan, Céline, Sophie et Céline.

Une des particularités de cette collection X’prim étant la bande-son accompagnant le roman, durant toute ma lecture, je n’ai eu de cesse de fredonner celle-ci.

 

Publié dans Ados | Marqué avec , , , , , | 4 commentaires

Les espaces et les sentiments

Des espaces. Comme la prairie qu’on croit plus verte chez le voisin, comme cette forêt si sombre et si dense qu’on pourrait bien s’y perdre et y croiser le loup, comme l’immensité de l’air qu’on ignore et qui peut tout souffler sur son passage. Des espaces comme des décors et des (é)toiles de fond. Et puis des sentiments. Invoqués, convoqués, suggérés, sublimés, fantasmés, prononcés, illustrés.

Caravane d’Ingrid Chabbert, illustré par Soufie, éditions Limonade, 2013.

Léonie vit dans une maison qui roule au gré du travail de ses parents. Les écoles, les copains, les villes filent et défilent. Elle rêve pourtant de se poser « là où les gens ne se moquent pas ». Des champs vides, des doigts qui pointent, pas d’attache. Jusqu’au jour où main dans la main, ils s’installent dans un pré-bonheur qui sent bon la campagne. Léonie réalise alors que le bonheur la suit partout où ils vont, dans cette caravane pleine d’amour.

Les illustrations de Soufie portent cette histoire : rondes, douces, légères. Pour mieux atténuer le coeur lourd de trop de départs et de changements. Un album tout carré, fin et coloré. Une invitation au voyage, des mots justes et tendres qui questionnent l’essentiel : peu importe où la vie nous mène si l’on est avec ceux qu’on aime. Céline s’est laissée porter.

Loup Noir d’Antoine Guilloppé, Casterman, collection les albums, 2014.

Une forêt vêtue de neige et de nuit, des pas d’enfant, une présence sauvage qui guette, un silence pesant. Une fuite qui s’accélère, une tension palpable, des frissons dans l’obscurité…jusqu’à la chute.

Une réédition de cet album incontournable et intemporel : sublime. Qualité incontestable de l’objet-livre, bichromie suggestive où tout est dit sans un mot, pouvoir de l’imaginaire, tension et frissons garantis. Magie des contrastes comme la patte de l’auteur-illustrateur, entre attraction-fascination et rejet-peur du loup qui fonctionne à tous les coups…coup de griffe, coup de grisou, coup de coeur !

Un Courant d’air de Juliette Binet, Rouergue, 2012.

Deux personnages dos à dos, un cri silencieux porté par le souffle d’une note qui deviendra un coup de vent-cerf-volant, une jupe qui tourbillonne, une tempête dans les arbres, un océan déchaîné. Un cri qui dit qu’il faut se parler quitte à faire le tour de la Terre, à l’image de ce livre-accordéon qui fait le tour de lui-même. Un message d’amour à l’encre : timide et puissant, poétique et panoramique, silencieux et éloquent.

L’onde libérée comme une onomatopée, celle que rien n’arrête, celle qui traverse les tempêtes, celle qui déchaîne les coeurs, entre l’intime et le public, le désir et la frustration, le contenu et le contenant : souffle vital et libérateur, comme un livre. Sublime et émouvant : ***coup de foudre***

Publié dans 2-10 ans | Marqué avec , , , , , , , , | 5 commentaires

Magie des rêves

Quoi de mieux pour vous souhaiter une douce année 2014 que 3 albums qui font rêver ? C’est parti !

Une nuit sans étoile de Laure Cadars, éditions Eponymes, 2013.

Un mange-lumière dévorait chaque nuit une étoile. Ses préférées étaient les filantes si pétillantes. Nuit après nuit, les étoiles se firent rares. Il fallait attendre que la lune éternue ! Alors le mange-lumière impatient croqua la lune ! Apparut enfin une…luciole qui cherchait un amoureux. Mais la voûte céleste demeurait vide. Quand tout à coup, une étoile s’embrasa…

Je n’en dirai pas davantage. En revanche, je vous dirai avec plaisir que cet album est très beau : format à l’italienne, qualité du papier , choix des teintes,  illustrations charmantes et le texte poétique à souhait ! J’ai adoré ! Le titre, des étoiles à toutes les pages, une histoire de luciole amoureuse : forcément je devais le lire ! Je découvre cette maison par la même occasion et j’en suis ravie. *** coup de coeur ***


Dans mes rêves de Juliette Parachini-Deny, illustré par Lucie Vandevelde, éditions Les Minots, 2013.

Quand vient la nuit, elle éteint la lumière et ses rêves s’illuminent. Du rouge-coquelicot, des pinceaux arc-en-ciel, un arbre-cabane à secrets, une pluie d’été sous laquelle danser, une montgolfière-messagère de mots d’amour, des poissons qui volent au vent, une marelle pour chatouiller le ciel, des oiseaux libres, un cheval blanc et même un prince !

Poésie à tous les niveaux : le texte, simple, bref, imagé, poétique, tendre et des illustrations qui explosent dans tous les coins et dans toutes les couleurs Qualité de papier, bel objet, techniques variées : encre de chine, collages, peinture, crayons. C’est beau ! Un inventaire fantaisiste, un imaginaire débordant, un univers onirique : magique ! *** coup de coeur *** à lire, relire, découvrir, redécouvrir, observer, scruter sans fin ! Un album qui fait vraiment rêver les petits et les grands, comme Céline et Drawoua. Le lecteur est invité à dessiner son rêve à la fin, et nous d’attendre le prochain. Bravo pour ce duo qui fonctionne à merveille ! Je suis fan !


Du bout de mes doigts de Jorge Lujan et Mandana Sadat, traduit par Carl Norac, Syros, 2013.

Un petit fille du bout des doigts touche une noix de coco telle une danseuse touchant le ciel. La noix se transforme en lac, qui par ricochet imaginaire, rejoint la lune. Le temps d’une danse, elle traverse le ciel de toutes les couleurs … Des poissons, une licorne, des étoiles, songe mi lunaire mi-aquatique. Féerique. Léger. Tendre. Beau simplement.

Alors là aussi c’est poétique et coloré. Très bel album sur fond noir mat, papier épais, pour mieux faire surgir les couleurs éclatantes ! Cette petite fille danse la ronde de ses idées fantastiques, elle virevolte sur son arc-en-ciel, elle respire la douceur et la joie ! Les parents attendris veillent, s’éclipsent et reviennent. Beaucoup de tendresse dans ce *** coup de coeur *** offert par ma complice Céline et son tiroir magique lors du swap de Noël.

Nourrir l’imagination, découvrir des univers multiples, jouer avec les mots, en prendre plein les mirettes, toucher du doigt des émotions, rêver sans cesse et sans limite d’âge, prendre le temps : voici ce que je vous souhaite à toutes et tous pour cette nouvelle année livresque !

Publié dans 2-10 ans | Marqué avec , , , , , , | 8 commentaires

Swap de Noël à l’ombre du sapin

Et oui à l’ombre de notre grand arbre adoré, c’est déjà Noël : il pleut des colis, des cadeaux, des attentions, des mots doux et..des livres ! Pour prolonger l’effervescence post-Montreuil et anticiper les fêtes de fin d’année, il fallait associer une couleur et des émotions… C’est à Céline et son tiroir magique que je dois ma joie ce soir ! Vous voulez voir ?

La prouesse de Céline réside à concocter un colis tout de noir sans plomber mon moral et comme elle est douée : pari relevé ! Il y a aussi de l’argenté, de belles illustrations, des découvertes, du chocolat..noir pour accompagner mes lectures futures, un joli cahier spécial ALODGA, et un mot tout doux, pas noir du tout pour le coup, qui fait chaud tout chaud au coeur.

des mots qui me vont bien

Et après déballage, ça donne quoi ? 

Un roman qui a l’air extra, 2 albums que je rêvais d’avoir, une girafe un peu toquée, le Mariage du Ciel et de l’Enfer, une proposition de mariage ( tu ne sais pas à quoi tu t’exposes ma chère), et des pages blanches pour écrire…

Un immense MERCI à Céline pour ton premier swap ! Ravie que tu fasses partie de cette belle aventure collective où on ne voit jamais la vie en noir. Merci à Bouma pour l’organisation. Et de très belles fêtes à tous mes complices !

Quand William Blake s'invite à l'ombre du grand arbre

Publié dans 2-10 ans, Ados | Marqué avec , | 3 commentaires

SLPJ 2013 et les belles rencontres

Et voilà ! De retour après 4 jours de marathon livresque, la reprise de la vie « normale » s’est imposée…Mais cette édition reste en mémoire, presque encore palpable, tant le bonheur à l’intérieur est grand ! Je vous raconte ?

2013 fut riche en lectures : des belles, des incroyables, des émouvantes, des drôles, des chantantes, des surprenantes, des bouleversantes même. Le salon était donc l’occasion rêvée de dire MERCI aux auteurs, aux illustrateurs, aux éditeurs qui m’ont embarquée toute l’année.  Au programme : Stéphane Servant, Anne Percin, Ingrid Chabbert, Claire Gaudriot, Stéphane Daniel, Jean-Luc Luciani, Marie Moinard, Angéline Chusseau, Lucie Vandevelde, Marjorie Béal, Leila Brient, Annelise Heurtier, Estelle Billon-Spagnol, Cécile Roumiguière, Delphine Jacquot, José Parrondo, Olivier Douzou, Audren, Rémi Courgeon, Isabelle Wlodarczyk, Gaël Aymon, Jeanne Benameur, Thomas Gornet, Sylvie Gracia, Ilya Green, Justine Brax, Aurélie Soubiran, François David, Jean Poderos, Philippe Lesgourgues et Marie-Aude Murail.

Sans oublier les attachées de presse et leur disponibilité sans faille : Pauline Parvan, Laure-Anne Le Coat, Amandine Lefebvre, Brune Bottero et Angélique Groslier.

Et puis les rencontres surprises dans les allées : Valy Guiliani, Mélanie Desplanches, Amandine Surdieux, Agnès Domergue sous les tropiques, Sandrine Beau la fleur aux cheveux, Fred Ricou de face et de profil et un coucou à Bertrand Santini ( yark yark !)

Qui dit rencontre, dit partage. Qui dit lecture, dit à l’ombre du grand arbre !

mes copinautes

Un pique-nique à l’ombre d’un salon, ça ne se refuse pas ! Ravie de vous avoir (re)rencontrés, merci pour les douceurs et les rires ! Et merci pour toutes ces lectures communes, ces débats, ces échanges, ces moments de complicité et de soutien qui nous sont chers.

Le pôle numérique n’était pas en reste : merci à Odile d’Applimini, Nathalie de DéclicKids, Françoise Prêtre de La Souris qui raconte et toute la joyeuse équipe d’Audois & Alleuil !

Dimanche à 15h30, il y avait la rencontre tant attendue aussi : le duo-duel des grands Gilles Bachelet et Benjamin Chaud ! La salle était comble, tous les yeux rivés sur cette fresque blanche qui allait devenir un terrain de jeu sous les contraintes suivantes : un monstre, une étoile, un fruit ou légume, un arbre, et chacun peut intervenir dans le dessin de l’autre. Voici en images :

Le MaxiMonstre Pomelo en tutu

Une étoile et son prince, Babar et Elmer sont à la fête !

 

De quoi retrouver son regard d’enfant illuminé !

 

 

 

 

Merci à toutes et tous pour vos dédicaces bienveillantes, vos sourires, vos illustrations sublimes, vos clins d’oeil étoilés et nos échanges. Et tout ceci ne serait pas possible sans l’amour des livres, des histoires, des rencontres, des passions et soyons fous : des enfants !

tout est dit

***RDV en 2014 et d’ici là offrez des livres ! C’est bon pour la santé et le moral ! ***

Publié dans 2-10 ans, Ados | Marqué avec , , | 8 commentaires

Un fil, des filles, du lien

En découdre, ne tenir qu’à un fil, s’entremêler, du fil à retordre, de fil en aiguille, cousu de fil blanc, rompre le fil, le coeur en pelote, tisser du lien, se tricoter des souvenirs…Avez-vous remarqué comme ces expressions couturières s’appliquent aux sentiments humains ? Aujourd’hui, je vous invite à découvrir 3 sublimes albums qui déroulent le fil de la filiation.

Le Petit Gilet Beige d’Ingrid Chabbert, illustré par Marie Lafrance, éditions Des ronds dans l’O, 2013.

Un perron, un chien, des feuilles d’automne qui tombent, une petite fille vêtue d’un gilet beige, une valise posée et l’attente vaine d’un papa qui ne viendra ni ce samedi ni les autres. Un gilet offert par ce père et qui finit par gratter autant que les larmes brûlent les joues de cette fillette. Elle tourne en rond et tourbillonne jusqu’au premier cri de l’injustice : le premier non et le gilet vole à son tour et pour toujours. Alors oublier et grandir. Près d’un autre qui écoute, qui parle, qui ne fait pas attendre et qui aime.

De l’art d’émouvoir en peu de mots. Du talent des illustrations sobres et épurées. De ces albums poétiques où l’essentiel est suggéré avec pudeur. De cette littérature jeunesse sobre qui aide les enfants à soulager leur peine. De ces sujets difficiles que sont les divorces, les séparations, les familles recomposées. De l’espoir d’un nouveau jour plus doux, des printemps qui reviennent, des parents de sang ou non bien présents, des enfants qui grandissent malgré tout. Nécessaire et émouvant ***coup de coeur*** Retrouvez le joli billet de Maman Baobab.

Le Fil de Soie de Cécile Roumiguière, illustré par Delphine Jacquot, éditions Thierry Magnier, 2013.

Marie-Lou aime regarder sa grand-mère qui coud. Les doigts de fée, les étoffes et les tissus, et ce refrain qu’elle fredonne dans une langue inconnue : beaucoup d’admiration pour Mamilona. Un secret aussi, pas un de couturière non, un secret de vie : d’où vient-elle ? quel est ce chant ? Marie-Lou voudrait ce secret révélé pour son 10 ème anniversaire. Mamilona parle peu car « il y a des choses que les mots ne savent pas dire ». Un soir en rentrant bien triste de l’école, Marie-Lou va trouver refuge auprès de sa grand-mère qui lui explique que pleurer ne sert à rien, et que quoiqu’il advienne, la beauté et l’intelligence sont des secrets précieux à l’intérieur de soi. Pour l’anniversaire de la fillette, Mamilona l’emmène au Cirque Plume. Et là dans la pénombre d’une acrobate résonne le chant entendu depuis l’enfance. Mamilona est émue, Marie-Lou aussi. En se couchant cette nuit-là, Marie-Lou va découvrir le secret brodé sous la robe de sa poupée.

Cet album m’a bouleversée, je n’ai pas d’autre mot. Enfin si j’en ai, mais j’ai aussi toujours cette émotion dans la gorge et dans les yeux. Un texte beau et intime, fort et doux à la fois. Une histoire de famille, une histoire de filiation, un bout d’Histoire qui se transmet : l’univers des Roms, la déportation, l’enfermement, la peur et la mort, puis l’espoir et la vie. Des illustrations poétiques et oniriques au fil des pages comme des broderies, des couleurs chaudes et douces dont on ne se lasse pas : sublimes. Un travail d’orfèvre où les souvenirs font écho au présent, contre l’oubli et les silences : le devoir de mémoire. Un objet-livre magnifique à offrir et à garder comme un trésor précieux. Une plume délicate et humble, un texte-hymne à la transmission sublimé par des illustrations émouvantes, merci Mesdames pour ce cadeau. Quand le Fil de Soie se fait fil de soi ***coup de coeur***

La Jeune Fille à la Laine de Seungyoun Kim, éditions Didier Jeunesse, 2013.

Une jeune femme met au monde une petite fille sucrée et aux joues de pêche. La fillette grandit mais ne parle pas : elle n’est pas muette, juste murée dans son silence. Sa mère tricote, la fillette est intriguée. Sa maman lui explique qu’avec la laine, on peut tout faire. A ce moment-là, déclic ! La petite s’écrie pour la première fois « Lalènne ! Lalènne ! ». La jeune tricoteuse en devenir a trouvé sa voix/voie, et s’en va tricoter sa vie…à commencer par un papa. Un papa avec des poches pleines de bonbons, un papa doux et confortable comme un lit… jusqu’où cette pelote la mènera-t-elle ?

Voici un album délicat, tout en finesse, tout doux malgré le sujet sensible de l’absence du père et le silence de la fillette. Le texte est épuré mais convaincant, les illustrations belles alternant des espaces bien remplis et des pages cotonneuses presque vides. Un fil de laine est conducteur, pages après pages, changeant de couleur au gré des saisons et des années qui passent. La jeune fille deviendra femme et tricoteuse du village, et aura sa boutique Lalènne. Preuve qu’on peut grandir et avoir confiance en soi. Le tête-à-tête d’une maman célibataire et sa fille est évoqué avec justesse et tendresse. Un bel objet-livre intime et feutré pour apprendre à se tricoter des moments à soi et son propre langage aussi. Encore un ***coup de coeur***

Voilà 3 coups de coeur pour 3 livres, la littérature jeunesse est vraiment un trésor. Beaucoup d’émotion à la lecture et à la rédaction, et une pensée particulière aux anges que j’ai rencontrés sur ma route.

 

 


 

Publié dans 2-10 ans | Marqué avec , , , , , , | 2 commentaires

Monstres et compagnie !

La nuit du 31 octobre approche….ça commence à sentir la citrouille ! Une petite sélection pour trembler de peur ou mourir…de rire !

Y’a un monstre à côté d’Ingrid Chabbert, illustré par Stéphane Sénégas, éditions Frimousse, 2013.

Un petit garçon, en pleine nuit, entend un bruit effrayant. Et si c’était un monstre ? La turbine à imagination nocturne se met en route : de quoi peut-il se nourrir ? où se cache-t-il ? Allez un peu de courage ! Le voilà armé comme un chevalier prêt à combattre sa peur ! Et si le monstre n’était pas celui qu’on imagine ?

Un album de très belle qualité, en grand format, où les illustrations prolongent à merveille le texte court, rythmé et percutant. De l’humour bien sûr avec une chute pour le moins surprenante ! Pour dédramatiser les frayeurs de la nuit où tout prend des proportions inquiétantes (jeux de lumière et amplification sonore). De la frayeur à l’étonnement en passant par l’audace et la bravoure, les illustrations retranscrivent ces émotions avec brio ! Un duo réussi pour un album efficace. A partir de 3 ans.

Au secours ! un ogre glouton d’Orianne Lallemand, illustré par Clément Devaux, éditions Nathan, 2013.

Catastrophe ! Les 6 frères de Valentine sont enfermés dans le château de l’ogre ! Vite il faut les aider à en sortir avant qu’il n’en fasse son dîner ! Y parviendra-t-elle ?

Voilà un album pop-up drôle qui sollicite la curiosité et la participation des petits lecteurs ! Du relief, des rabats, des chausse-trappes pour farfouiller, avoir peur et rigoler ! Surprises et humour très colorés ! Dans la même collection, vous trouverez Au secours ! un loup et Au secours ! une sorcière. A partir de 4 ans.

Grong d’Estelle Billon-Spagnol, éditions Frimousse, 2013.

C’est l’histoire d’un monstre avec des crocs et des poils drus, 2 cornes de diable et des yeux jaunes de loup ! Vraiment monstrueux ! La nuit, il vous guette et vous traque ! Petits et grands : personne ne lui échappe ! Reconnu par ses pairs, c’est lui le meilleur ! Mais même les monstres ont des sentiments, et quand Grong se fait éconduire par sa Roméette, c’est le drame. Perte de confiance, manque de motivation, prise de poids…vous ne perdez rien pour attendre !

Quel régal ! Album à dévorer sans modération : c’est beau, drôle, sensible, bourré d’allusions qui feront sourire les adultes ! Super qualité de papier encore. Les illustrations fourmillent de détails, de références, ça explose de couleurs : peur bleue, coeur rose, jaune-lune, vert de rage ! Un monstre en mal d’amour qui se met à son tour à avoir peur et qui nous ressemble malgré tout :  ***coup de coeur*** A partir de 4 ans.

La Maison Hantée de Jan Pienkowski, éditions Nathan, réédition 2013 (1979).

La couverture vous invite à entrer dans cette maison étrange… C’est sombre, ça grince, ça pique, ça fait sursauter ! Des surprises et des peurs dans tous les recoins à soulever, à tirer, à animer : sorcières, fantômes, monstres, ils sont tous là ! Dans un décor baroque et bien chargé, ce mythique album pop-up prend vie ! Osez replonger en enfance, laissez-vous surprendre à chaque page, offrez un bel objet-livre aux petits ! Un classique jubilatoire et intemporel.

Retrouvez le billet dans le tiroir de Céline et les souvenirs de Kik !

Publié dans 2-10 ans | Marqué avec , , , , , , , , | 2 commentaires

Imagination

Rêver pour vivre ou pour créer ? Imaginer pour avancer ou éviter la réalité ? Montaigne disait « une forte imagination produit l’événement », et ce ne sont pas nos 3 personnages d’aujourd’hui qui le contrediront !

La machine de Michel de Dorothée de Monfreid, école des loisirs, 2013.

Michel a de l’imagination à revendre et un sens aigu de la persévérance ! Il est invité à l’anniversaire d’Alice et c’est l’occasion rêvée de créer lui-même un cadeau. N’écoutant que sa créativité et faisant abstraction des moqueries de ses copains, il se lance sueur au front ! Une fois, deux fois, trois fois ! La voilà la machine d’anniversaire qui clignote, joue de la musique et vole ! Un cadeau unique pour une fille unique qui tient à remercier Michel à la hauteur !

Détermination, inventivité, débrouillardise et gentillesse sont les qualités de ce petit garçon qui est prêt à tout pour faire plaisir. Un album positif aux illustrations détaillées et colorées ! Retrouvez le billet de Pépita.

 

Apprendre à ronronner de Coline Pierré, illustrations de José Parrondo, collection Mouche, école des loisirs, 2013.

Un déménagement et une nouvelle école pour Albin qui se sent un peu seul du coup. Mais ses parents l’estiment assez grand pour s’occuper d’un chaton ! Il le nomme Panda et commence à l’observer dans les moindres détails. Les ronronnements sont une source infinie d’apaisement pour l’enfant. Sa nouvelle amie de classe, Léane, est parfois très triste, et Albin manque d’assurance et de mots pour la consoler. Et s’il apprenait lui aussi à ronronner, il pourrait peut être apaiser son amie ?

Voilà un premier roman jeunesse jubilatoire ! Ce petit garçon est attachant de curiosité, ses parents sont un soutien précieux. Il ne s’agit ni d’un caprice ni d’une lubie, mais bien d’une profonde envie de savoir, de comprendre, d’apprendre. Pour cela, Albin observe, réfléchit, se renseigne, se met dans la peau d’un chat : dormir en boule, laper du lait, s’étirer, miauler en classe. La connaissance passe aussi par l’échec, mais la volonté est plus forte que tout. L’auteure avec une plume simple et efficace nous livre ici un roman sensible et sincère qui fait ronronner de plaisir jusqu’à la dernière ligne. *** coup de coeur *** Vivement le prochain ! Retrouvez l’avis de Pépita également.


La célèbre Marilyn d’Olivier de Solminihac, collection Neuf, école des loisirs, 2013.

Marilyn est une jeune fille discrète et seule malgré elle. Personne ne la voit, ne l’écoute, ses parents l’oublient à la sortie de l’école et le prof oublie de l’interroger. Seul le narrateur fait attention à elle et lui dit qu’elle existe pour lui. Mais pour Marilyn cela ne suffit pas. Elle réfléchit à une stratégie et ne trouve qu’une solution possible à sa solitude pesante : elle va devenir célèbre ! Elle expose son ambitieux projet à son ami un brin dubitatif. Munie d’un carnet et d’un stylo, Marilyn part à la conquête de la célébrité…

Là encore, le personnage est doté d’une détermination farouche et d’une imagination pour le moins fantaisiste. Elle cherche à combler un manque et va y parvenir au-delà de ses espérances. Soutenue dans sa quête par son ami, il sera un soutien sans faille. Une belle histoire sensible d’amitié inconditionnelle, ou comment combler un besoin en se donnant les moyens. Au-delà de l’intrigue, l’auteur nous invite à la réflexion sur la célébrité, ses conséquences et ses tourments. Ici pas de ton moralisateur pour autant, une plume drôle et fine, des personnages attachants, une lecture-plaisir.

Publié dans 2-10 ans | Marqué avec , , , , , , , | 3 commentaires